Lieu & Publics

UN MUSÉE ÉTHIQUE OUVERT À TOUS SUR PARIS ?

"Les plus belles expériences que l’on peut avoir résident dans le mystère"
- Albert Einstein

Publics

Le Musée Psychédélique a pour vocation de développer des synergies intergénérationnelles, mais aussi la curiosité du public et sa conscience d’être. Le public sera le plus large possible et associera riverains, touristes nationaux et internationaux de tous âges, groupes de visiteurs et comités d’entreprise.

Trois générations se rencontreront et se mélangeront harmonieusement dans tous le programmes du musée : celle née dans les années 1940/50/60 contemporaine de la grande époque du psychédélisme, celle des années 1970/80/90 marquée par la réaction à ce style devenu « tendance », et enfin les générations Y et Z qui dévorent sans apriori ni hiérarchie les contenus de cette culture.

Lieu

Le musée sera un modèle de développement durable, de RSE et tendra à l’optimisation en énergies renouvelables.Il appliquera les principes de l’économie circulaire et positive, le tri et le compostage seront de mise.

Nous prospectons et restons à l’écoute de propositions de lieux potentiels où qu’ils soient, même si être à proximité de Paris serait l’idéal. Nous contactons en parallèle des élus de villes moyennes pour connaître leurs besoins en termes de culture, de tourisme et leurs lieux disponibles en friche.

Le Musée Psychédélique a vocation de former, d’accompagner et de transmettre des savoirs à différents corps métiers et s’engage pour la réinsertion professionnelle de personnes en difficulté.

La gouvernance partagée du musée sera basée sur celle de « l’Université Du Nous ». Le respect de la parole de chacun en est un des fondamentaux.

Paris et la sensibilité psychédélique

A la fin du 19ème siècle, la Belle Epoque peut être considérée comme la base de l’inspiration ayant rendu possible l’art psychédélique. Les populations sont très optimistes grâce aux extraordinaires progrès techniques, ainsi qu’au foisonnement de découvertes décisives dans les sciences et la médecine, comme le montrent les expositions universelles de 1889 (Tour Eiffel) et de 1900 (électricité).

Paris apparaît comme la capitale mondiale du divertissement, de la mode, du luxe mais aussi de l’ornement d’architecture urbaine et graphique (psychédélique par ses entrelacs). De grands courants émergent suite à la démocratisation de la photographie, on peut citer l’impressionnisme, ouvrant voie au fauvisme, cubisme, expressionnisme, et à l’art nouveau.

Dans les années 1950, le « Beat hôtel » du quartier latin verra défiler les écrivains et poètes de la Beat Generation avec William Burroughs et Allen Ginsberg. Le psychédélisme arrive en France avec trois années de retard en 1969 et dure jusqu’en 1975. Plus de 500 revues alternatives seront recensées cette année là. Une période où Paris est le laboratoire de toutes les expériences et toutes les libertés, où les vedettes et les anonymes, la jet-set et les bohèmes se mélangent.